Canadian Hearing Society Donate Now
  • Font size:
    A A A
  • Display mode:
Login Inscription
Donnez maintenant
Rechercher…

Recommandations internationales | Communications d'urgence accessibles

Communications d'urgence accessibles

Informations pour les radiodiffuseurs

 

Recommandations internationales

En 2015, la Fédération mondiale des sourds (WFD) et la World Association of Sign Language Interpreters (WASLI) ont élaboré un document de travail commun sur la communication avec les personnes sourdes lors de catastrophes naturelles et de situations d'urgence à grande échelle. Le document décrit les exigences légales pour les pays qui ont signé et ratifié la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (CNUDPH). Le Canada a signé et ratifié la CNUDPH et, à ce titre, est tenu de respecter les principes énoncés dans la convention. L’énoncé de principes de la WFD et de WASLI est disponible ici.

Comment cela s'applique-t-il aux radiodiffuseurs?

La CNUDPH reconnaît l’accès aux communications et la sécurité personnelle comme des droits de l’homme. Il y a sept articles de la CNUDPH qui exigent l'accès aux communications liées aux catastrophes naturelles et autres urgences à grande échelle pour les personnes sourdes utilisant une langue des signes. En particulier, l'article 11 de la CNUDPH traite de la nécessité d'un accès en langue des signes dans les situations de risque et d'urgence humanitaire. Le document WFD-WASLI présente plusieurs recommandations, mais les suivantes sont particulièrement pertinentes pour les radiodiffuseurs :

L’accès à l’information est essentiel afin de permettre aux individus de prendre des décisions concernant les risques pour leur santé et leur sécurité ou leur famille et leurs biens, les mesures à prendre notamment s’il faut évacuer et à quel moment et vers quel endroit.

Les gouvernements et les organisations non gouvernementales utilisent fréquemment la radiodiffusion en cas d'urgence à grande échelle. Clairement, cette méthode n’est pas accessible aux personnes sourdes. D'autres formes de médias de masse et de médias sociaux doivent donc être utilisées pour fournir des informations d'urgence aux personnes sourdes.

Les informations d'urgence doivent être mises à la disposition des personnes sourdes et non sourdes en même temps. L'accès peut être grâce aux mesures suivantes :

  • Des contenus comme des conférences de presse diffusées à la télévision ou publiées en ligne doivent être interprétés dans les langues nationales des signes et sous-titrés
  • Les alertes publiques (comme les appels téléphoniques automatisés) envoyées aux membres d’une localité doivent être accessibles aux personnes sourdes grâce à l’utilisation de textos, de messagerie instantanée ou d’ATS (remarque : les principaux exploitants de réseaux téléphoniques, tels que Telus et Bell, ont commencé à diffuser des alertes texto)
  • Les médias sociaux – comme Facebook, Twitter et YouTube – doivent être utilisés pour permettre aux personnes sourdes de recevoir des informations d'urgence et pour les aider à transmettre ces informations à d'autres membres de la communauté des personnes sourdes.
  • Les stations de radio chargées de diffuser des informations d'urgence doivent s'assurer que ces informations sont également publiées sur leur site Web
  • Les membres de la communauté des personnes sourdes doivent également être informés des coordonnées des personnes à contacter si aucune information d'urgence accessible n'est fournie (par exemple, grâce à la surveillance des services d'urgence ou du ministre compétent, les chaînes de télévision ne diffusant pas l'interprète qui est en place, la non-disponibilité/l’illisibilité du sous-titrage, etc.)
Haut de la page