Canadian Hearing Society Donate Now
  • Font size:
    A A A
  • Display mode:
Login Inscription
Donnez maintenant
Rechercher…

Avis: Interruption de service

Notre histoire

La SCO fête ses 75 ans!

1940

En 1938, le Dr Harry E. Amoss, Helen McMurrich, Daisy Moss, Lewis Wood, et le Dr Lorne Pierce se rencontrent pour parler de la possibilité de mettre en place « une organisation qui ferait avancer la cause des personnes sourdes et malentendantes ». Le 11 mars 1940, la National Society for the Deaf and Hard of Hearing [Société nationale des sourds et des malentendants] voit le jour.

1942

Après la Première Guerre mondiale, environ 5 000 Canadiens souffrent d’une incapacité auditive lorsqu’ils rentrent au pays, mais très peu de services leur sont accessibles à l’époque. Durant la Seconde Guerre mondiale, la Société a obtenu une subvention du gouvernement en vue de fournir des services aux militaires devenus sourds.

1945

Herb Montgomery se déplace en voiture, par petit avion et en bus afin de chercher des emplois pour les personnes sourdes et malentendantes, poursuivant ainsi le travail entamé en 1940. En 2003, les services à l'emploi s'étendent à Belleville, Milton, Sault-Sainte-Marie, North Bay, la région de York et Ottawa. En 2015, ils sont proposés dans 14 bureaux.

1956

La Société nationale des sourds et des malentendants change de nom et devient la « Société canadienne de l’ouïe ».

1961

Le premier bureau régional ouvre ses portes à London, Ontario, suivi par des bureaux régionaux à Ottawa (1963), Hamilton (1969), Sudbury (1973), Windsor (1974), Sault-Sainte-Marie (1975), Kingston (1976), Waterloo (1976), Thunder Bay (1977), Barrie (1977), Peterborough (1979), Toronto (1979), Mississauga (1987) et dans la région de York (1997). En 2015, on compte 25 bureaux régionaux et sous-bureaux en Ontario.

1967

La SCO engage son premier audiologiste clinique, Errol Davis, MA. La SCO fournit le seul programme indépendant de sélection de prothèses auditives à Toronto, et établit la norme pour les cliniques d’audiologie en enseignant dans de toute la province. En 2015, les services sont offerts dans huit endroits de l'Ontario.

1972

La SCO organise un concours pour la création du logo, commandité par les Services d'information (Marketing).  Telephone Pioneers of America, conseil de Champlain, offre un prix d'une valeur de 500 $ au lauréat. Le nouveau symbole allait devenir le fondement d'une nouvelle identité visuelle pour la SCO.

1973

Introduction du logo en forme d'oreille conçu par Richard Janis. L’idée à l’origine du logo : l'artiste voyait son logo comme « un symbole de direction ». La SCO adopte un nouveau logo bilingue en 2011.

1976

La SCO publie le premier annuaire national de numéros ATS. La SCO met aussi en place le premier réseau ATS en Ontario.

1975

La SCO et l'Association des malentendants canadiens (AMEC) plaident en faveur du droit d'accès au téléphone pour les personnes ayant une perte auditive. En 1989, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) statue que tous les téléphones doivent être compatibles avec les prothèses auditives.

1980

En 1975, la SCO et l'Ontario Association of the Deaf (OAD) collaborent afin d'obtenir le soutien du gouvernement à l'égard du premier service d'interprétation en langue des signes dans la province. En 1980, le Service d'interprétation de l'Ontario est officiellement créé. C'est la première fois que des services d'interprétation professionnels en langue des signes sont offerts dans un grand nombre de villes de la province.

1984

La SCO lance les Services de soutien à l'éducation, un programme destiné aux étudiants à temps partiel d'établissements postsecondaires et visant à leur donner accès à des services d'interprétation, de sous-titrage et de prise de notes.

1986

Après cinq ans de pressions politiques, la SCO se voit octroyer des fonds par le ministère de la Santé pour mettre en place les premiers services spécialisés en santé mentale à Toronto destinés aux personnes culturellement Sourdes, sourdes oralistes, devenues soudes, et malentendantes : les « Services de counseling CONNECT ». En 2000, le gouvernement de l'Ontario finance l'expansion du programme CONNECT pour couvrir toute la province.

1986

Après dix ans de pressions politiques, de pétitions et d’efforts de la part de la SCO, l'Association des Sourds du Canada (ASC), l'AMEC et d’autres organismes, le CRTC ordonne à Bell Canada d’établir un service de relais accessible tous les jours, 24 heures sur 24, en Ontario et au Québec. Pour la première fois, les personnes sourdes et malentendants n’ont pas besoin que d'autres personnes fassent leurs appels pour elles.

1988

La SCO adopte le programme Signer naturellement et encourage son utilisation dans tout l'Ontario. La SCO applique aussi comme politique d'embaucher des personnes culturellement Sourdes pour enseigner la langue des signes.

1993

L'American Sign Language (ASL) et la langue des signes québécoise (LSQ) sont officiellement reconnues comme des langues d'instruction dans la salle de classe grâce aux efforts de sensibilisation de la SCO, du député provincial Richard Johnson, de la Deaf Children’s Society, de l'OAD, de VOICE for Hearing Impaired Children et de l'AMEC Ontario.

1996/1997

En 1996, aux côtés de l'ASC et du Conseil des Canadiens avec déficiences, entre autres, la SCO intervient dans la bataille juridique historique Eldridge c. Colombie-Britannique. En octobre 1997, la Cour suprême du Canada décide à l'unanimité que les personnes sourdes doivent pouvoir accéder (par l'intermédiaire d'interprètes) aux soins médicaux au même titre que les personnes entendantes.

1998

Le programme Assistance aux personnes âgées mis en place à Windsor en 1987, puis plus tard à Kingston, avant de s'étendre progressivement à toute la province, est officiellement considéré comme un programme professionnel spécialisé et rebaptisé Counseling en soins auditifs.

1999

La SCO innove avec DeafLINKS, un réseau d'ordinateurs et de caméras vidéo utilisant Internet pour aider les personnes sourdes, devenues sourdes, sourdes-aveugles et malentendantes vivant dans des régions isolées à communiquer les unes avec les autres par courriel et par vidéoconférence.  Le service donne la possibilité d'organiser des réunions en face-à-face et en temps réel sur Internet.

2000

Le Programme de formation et d'apprentissage pour interprètes démarré en 1988 est rebaptisé Programme de stage en interprétariat. 

2002

La SCO crée un service d'interprétation d'urgence pour les événements liés à la santé et la santé mentale qui se produisent en dehors des heures d'ouverture. En 2011, les Services d'interprétation d'urgence élargissent leur champ d'application, avec un fonctionnement 24 h/24, 7 j/7, 365 jours/an pour les urgences impliquant : les services d'urgence des hôpitaux, les cliniques ouvertes après les heures normales de service, les centres de crise, les refuges, les services de police, les tribunaux et les cas où il s’agit de la protection des enfants.

2005

Après plus de 10 ans de pressions exercées par la SCO, l'AMEC, l'ASC et d’autres organisations, l’Assemblée législative de l’Ontario adopte à l’unanimité la Loi sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario (LAPHO).

2004

Le premier « Prix Eugene Fowler » est remis à Eugene Fowler en reconnaissance de ses contributions exceptionnelles en tant que bénévole à la SCO.

2007

L'initiative Éducation sans barrières implique initialement des révisions de l'accessibilité dans les écoles, ainsi que des formations de sensibilisation à la lutte contre l'audisme et le capacitisme pour les enseignants, les directeurs d'école et les conseils d'administration. En 2015, le projet inclut des formations en ligne et des ressources pour les parents.

2011

La SCO adopte un nouveau logo bilingue en 2011. En juin 2011, la SCO fait peau neuve : une identité visuelle de la marque actualisée, caractéristique et inclusive – un nouveau logo. Annoncé par le conseil d’administration de la SCO dans le cadre du Plan stratégique 2007-2011, cette nouvelle image de marque a été choisie à la suite d’un processus consultatif impliquant des parties prenantes et des membres.

2014

Pendant de nombreuses années, la SCO milite aux côtés de l'ASC, du BC Video Relay Services Committee, de l'Ontario Video Relay Service Committee, de l'OAD et d'autres groupes au Canada, en faveur d'initiatives telles que Texto au 9-1-1 et les services de relais vidéo (SRV), qui sont approuvées par le CRTC en 2014.

2015

Les recommandations faites par la SCO en vue de modifier le Code du bâtiment de l’Ontario – de manière à rendre obligatoire, dans tous les immeubles d’habitation, qu'un signal visuel fasse partie des systèmes de détection de fumée et d’incendie – sont acceptées et entrent en vigueur le 1er janvier 2015.

2015

Dans le cadre des célébrations organisées à l'occasion de son 75e anniversaire, la SCO adopte un logo et une nouvelle signature pour ses 75 ans. SCO : 75 années passées fièrement au service des communautés Sourdes et malentendantes.

 

 

 

Haut de la page