Canadian Hearing Society Donate Now
  • Font size:
    A A A
  • Display mode:
Login Inscription
Donnez maintenant
Rechercher…

La population étudiante



La nature variable de l’accès au langage pendant la petite enfance est très complexe et crée un continuum d’élèves sourds ou malentendants ayant des besoins et des habiletés extrêmement diversifiés. La description présentée dresse un portrait de l’incidence de cette complexité sur l’accessibilité au langage dans la classe et le rôle que le personnel scolaire peut jouer pour créer un environnement éducatif accessible par le langage pour tous les élèves sourds ou malentendants.

À une extrémité du continuum, il y a les élèves qui, comme la plupart des enfants, apprennent la communication orale ou la langue gestuelle de façon naturelle dans leur milieu familial. Ces enfants sont socialisés par le biais de comportements et d’interactions qu’ils ont avec les autres. Le langage de ces interactions leur permet d’associer un contexte aux comportements qu’ils observent et qui sont le fondement de l’acquisition d’un langage. Qu’ils aient accès à une langue parlée ou à une langue gestuelle, ils feront l’acquisition du langage et l’utiliseront d’une manière appropriée à leur âge lorsqu’ils entreront à l’école. En ayant accès au langage de l’école, ils auront également la possibilité d’avoir accès à la réussite scolaire.

À l’autre extrémité du continuum, il y a les élèves qui, pendant la petite enfance, ne peuvent pas entendre (ou traiter) le langage parlé employé par les membres de leur famille et qui n’ont pas accès à un langage gestuel. Leur socialisation est limitée au vécu des comportements des autres et aux interactions avec eux. Toutefois, ces expériences ne sont pas accompagnées par le langage. Sans le langage qui mettrait en contexte les comportements qu’ils observent, il y a un grand risque pour leur acquisition du langage ainsi que pour leur développement d’une identité et d’un sentiment d’appartenance à leur famille, à la communauté, à la culture et à la société au sens large. Mais plus important encore, ces enfants entreront à l’école sans d’abord maîtriser une langue première et constitueront un groupe unique dans notre société – les apprenants tardifs d’une langue première. Que le langage employé à l’école soit une langue parlée ou une langue gestuelle, ils ne la comprendront pas. Avant d’avoir accès à la scolarisation, ils devront donc acquérir une langue première.

La prochaine section présente aux membres du personnel scolaire un profil approfondi du continuum afin qu’ils en prennent conscience s’ils enseignent à des élèves sourds ou malentendants. Ce continuum d’élèves comprend une population extrêmement diversifiée d’un point de vue du langage – de ceux qui sont membres de la communauté des personnes sourdes ou de la communauté des personnes atteintes d’une perte auditive à ceux qui ne parviendront jamais à acquérir une langue première parce qu’ils n’auront pas eu les stimuli linguistiques suffisants assez tôt dans leur vie.

Haut de la page