Canadian Hearing Society
  • Font size:
    A A A
  • Display mode:
Login Register
Donnez maintenant
Rechercher…

Énoncé de principe de la Société canadienne de l’ouïe sur la pollution sonore

Exposé du problème

La pollution sonore est un problème omniprésent dans la société actuelle. En effet, nous sommes en permanence inondés de sons artificiels indésirables qui nous affectent à divers niveaux. Même si nous sommes parfois submergés par des bruits indésirables, par exemple ceux issus d'un milieu de travail en pleine activité, de transports en commun bondés, d'une ville en pleine effervescence ou celui, irritant, d'un voisin tondant sa pelouse, nous nous exposons également très volontiers à une multitude d'autres activités bruyantes mais agréables : concerts assourdissants, cinémas où la bande sonore crie à tue-tête, réglage sonore de nos systèmes audio personnels à la position maximale, cours de conditionnement physique sur fond sonore bruyant, chasse récréative et événements sportifs.

L'exposition au bruit nous affecte en tant qu'êtres humains de bien des façons et provoque notamment les affections suivantes:

  • perte auditive permanente ou temporaire
  • acouphènes et impression d'oreilles bouchées
  • difficultés de communication
  • stress
  • désagrément
  • diminution des performances
  • troubles du sommeil, fatigue
  • augmentation de la pression artérielle / hypertension
  • troubles gastro-intestinaux
  • troubles de l'apprentissage et de l'éducation

Position de la Société canadienne de l'ouïe (SCO) sur ce problème

La pollution sonore ayant un impact négatif sur la santé auditive, la SCO encourage fortement toute initiative en matière de protection de l'ouïe et de réduction du bruit. Cette position va dans le sens de notre énoncé de mission ayant pour objectif l'amélioration de la santé auditive.

Même si la perte auditive liée au bruit peut être évitée, le bruit est l'une des principales causes de perte auditive et les statistiques révèlent que les pertes auditives touchent des personnes de plus en plus jeunes. Il est facile de prendre notre sens de l'ouïe pour acquis et d'ignorer les symptômes de la perte auditive, puisque ceux-ci ne s'accompagnent généralement pas de douleur. La perte auditive causée par le bruit évolue progressivement, au fil du temps et passe presque inaperçue jusqu'à ce qu'il soit trop tard.

Stratégies de réduction du bruit : Suppression – Diminution – Repos

La première ligne de défense contre la pollution sonore consiste à supprimer le maximum de bruits dans notre environnement et à diminuer les bruits qui nous entourent. Après l'exposition à un bruit très fort, une période de repos est nécessaire pour permettre à notre système auditif de « récupérer ».

Stratégies générales pour réduire le bruit

  • Évitez toute exposition à des situations bruyantes, si possible.
  • Réglez le volume du téléviseur ou de la musique à un niveau raisonnable. Réglez le volume lorsque vous êtes au calme et ne l'augmentez pas pour couvrir le bruit de fond.
  • Portez des équipements de protection auditive lorsque vous utilisez une tondeuse à gazon ou une souffleuse à feuilles, ou lorsque vous vous trouvez dans un environnement bruyant.
  • Faites contrôler votre ouïe tous les deux ans par un audiologiste, notamment en cas de bourdonnement, d'assourdissement et / ou de difficulté à comprendre vos interlocuteurs.

Stratégies spécifiques aux bruits au foyer

  • Assurez-vous que vous et les enfants qui se trouvent à proximité portiez des équipements de protection auditive lorsque vous utilisez une tondeuse à gazon, un outil électrique, une scie à chaîne ou une souffleuse à feuilles ou à neige.
  • Réglez le volume du téléviseur ou de la musique à un niveau raisonnable.
  • Achetez des appareils électroménagers moins bruyants (vérifiez le niveau de bruit en décibels et choisissez le plus silencieux).
  • Évitez de faire du bruit qui risquerait d'affecter votre collectivité.

Stratégies spécifiques relatives à l'utilisation de systèmes audio personnels

  • Optez de préférence pour un système stéréo personnel doté d'un limiteur automatique du volume (AVLS) permettant de maintenir le volume de l'appareil à un niveau sécuritaire.
  • Réglez votre système à un niveau sonore confortable lorsque vous vous trouvez dans une pièce tranquille. N'augmentez pas le volume pour couvrir le bruit de fond lorsque vous vous trouvez dans un milieu bruyant. Vous ne feriez qu'intensifier le niveau de bruit et accroître le risque pour votre ouïe.
  • Limitez la durée d'utilisation de votre système stéréo personnel avec un casque d'écoute.
  • Rappelez-vous que les petits écouteurs qui s'insèrent directement dans l'oreille produisent un volume notablement plus élevé que ceux, plus grands, qui se portent sur l'oreille.
  • Si vous constatez que vos oreilles bourdonnent ou que les paroles de vos interlocuteurs semblent assourdies après l'utilisation de votre système stéréo personnel, cessez-en l'utilisation et faites tester votre ouïe par un audiologiste.

Stratégies spécifiques aux bruits en milieu de travail

  • Réduction à la source. Il faut réduire le bruit à la source, c'est-à-dire au niveau des machines, et dans la mesure du possible isoler ces dernières ou installer des matériaux isolants pour absorber le son et atténuer les vibrations. Il est également possible d'acheter des machines moins bruyantes, ce qui réduit notablement le niveau de bruit dans l'usine. Cette méthode est la plus efficace mais il n'est pas toujours possible de la mettre en œuvre.
  • Réduction de la transmission. Il convient d'installer des barrières faites de matériaux acoustiques, d'entourer les machines dans des enceintes, de monter les appareils sur des bases spéciales, de poser des silencieux sur les échappements pour réduire le bruit. On peut également appliquer sur les machines des revêtements qui absorbent les sons, et remplacer les rouages métalliques par des équivalents en plastique.
  • Réduction du temps d'exposition. Les travailleurs doivent être affectés régulièrement, par rotation, à des zones moins bruyantes.
  • Équipements de protection auditive individuelle. Il est possible d'obtenir des résultats satisfaisants à l'aide de serre-têtes antibruit ou de bouchons d'oreilles correctement ajustés. Ces deux types d'équipements sont disponibles dans de nombreux magasins de sport et de matériel de sécurité. Divers moyens de protection auditive doivent être mis à la disposition des employés dans la zone de travail. En outre, les employés doivent recevoir une formation sur le bon ajustement et sur l'entretien des protecteurs auditifs et doivent être encouragés à les utiliser en tout temps. Les employés ont la responsabilité de se conformer aux politiques de l'entreprise sur l'emploi des protecteurs auditifs. Si des équipements de protection auditive ne sont pas disponibles dans un milieu de travail bruyant, les employés doivent en réclamer. Gardez à l'esprit que dans certaines situations bruyantes, aucune protection auditive n'est suffisante.

Stratégies spécifiques aux bruits en milieu scolaire

  • Faire pression sur les gouvernements provinciaux et territoriaux pour le développement de normes pour la construction de salles de classe afin d'améliorer l'acoustique dans ces salles.
  • Informer le public sur la manière d'améliorer l'acoustique dans les salles de classe afin d'offrir un environnement d'apprentissage optimal aux enfants.

Premiers signes de perte auditive causée par le bruit

  • Tintement ou bourdonnement dans les oreilles immédiatement après une exposition au bruit.
  • Léger assourdissement des sons qui vous empêche de comprendre nettement ce que l'on vous dit après une exposition à un milieu bruyant.
  • Difficultés à comprendre les paroles de vos interlocuteurs. Vous pouvez entendre les mots mais avez des difficultés à tous les comprendre.

Prévalence de la perte auditive

Près de 25 % des Canadiens d'âge adulte affirment être atteints d'une perte auditive plus ou moins sévère (sondage mené par la SCO en 2002); près de 10 % se définissent comme culturellement sourds, sourds oralistes, devenus sourds ou malentendants.

L'âge moyen au Canada est de 39 ans; en 2030, ce chiffre atteindra 45 ans. À ce moment, les citoyens âgés de plus de 65 ans constitueront 25 % de la population totale, c'est-à-dire près du double du chiffre actuel de 13 % (Statistiques Canada).

La perte auditive arrive au troisième rang des problèmes de santé chroniques parmi les adultes d'âge avancé et constitue la forme d'incapacité la plus répandue (Fook 2000; Yueh 2003). Sa prévalence augmente avec l'âge. Des rapports démontrent que plus de 80 % des patients de plus de 85 ans souffrent d'une perte auditive (Yueh 2003). De plus, 46 % des personnes âgées de 45 à 87 ans souffrent d'une perte auditive (Dalton 2003).

Si l'on combine ces statistiques avec le fait que le vieillissement constitue la cause principale de la perte auditive, on en arrive facilement à la conclusion que cette incapacité connaîtra une hausse spectaculaire au cours des années à venir.

Termes essentiels à la compréhension de ce problème

Bruit : désigne généralement la présence d'un son indésirable.

Perte auditive causée par le bruit : perte auditive causée par une exposition à des sons nuisibles, c'est-à-dire un ou des bruits impulsionnels ou une exposition répétée à des sons de plus de 85 dBA sur une période prolongée.

Décibels (dB) : échelle logarithmique d'intensité.

Pondération A : filtration électronique dans un sonomètre qui permet au sonomètre d'ignorer les sons basse fréquence de manière identique à l'oreille humaine.

Justification de la position adoptée par la SCO

Outre les raisons éthiques et morales évidentes, la législation actuelle des décisions juridiques importantes et des rapports de centres indépendants de recherche soutiennent notre position. En voici quelques extraits :

Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le bruit excessif est, dans de nombreux pays, le plus important risque professionnel donnant lieu à une indemnisation, le bruit occasionnant ainsi des coûts estimés à 0,2 % à 2 % du PIB (produit intérieur brut) de ces pays. L'OMS précise également que la perte auditive causée par le bruit est une priorité de santé publique; avec l'augmentation de la durée de vie et le développement de l'industrialisation, la perte auditive causée par le bruit contribuera considérablement au fardeau pathologique mondial.

La déclaration de l'Association Médicale Mondiale (AMM) sur la pollution sonore a été amendée en 2007 et comprend neuf recommandations clés destinées aux associations médicales nationales : informer le public des dangers de la pollution sonore; demander aux ministres des transports de développer des concepts à même de réduire la pollution sonore dans l'environnement; demander des dispositions légales appropriées pour lutter contre la pollution sonore dans l'environnement; soutenir l'application des réglementations antibruit et mener un suivi de l'efficacité des mesures de contrôle; informer les jeunes des risques associés à l'écoute de musique à un niveau sonore élevé; inviter les instances éducatives à informer les élèves de l'impact du bruit sur les individus; fournir des informations sur les troubles de l'audition que l'on observe dans secteur privé et qui résultent du fait de travailler avec de l'outillage électrique ou d'utiliser des véhicules à moteur trop bruyants; mettre l'accent sur la protection contre le bruit dans les milieux de travail bruyants; inciter les personnes responsables de la sécurité et de la santé professionnelles dans les entreprises à prendre de nouvelles mesures pour réduire les émissions sonores.

En vertu de la Loi canadienne sur l'évaluation environnementale, Santé Canada fournit des conseils à d'autres ministères fédéraux, à des comités d'examen public et à des médiateurs sur les incidences éventuelles sur la santé du bruit découlant de divers projets tels que le prolongement des pistes d'aéroport, des autoroutes et de chemins de fer ainsi que la construction d'éoliennes. À cette fin, le ministère élabore les Lignes de conduite nationales en matière d'analyse de l'environnement : incidence du bruit ambiant sur la santé. De plus, Santé Canada effectue des recherches pour évaluer les risques éventuels pour la santé que présente le bruit urbain. Ces recherches ont pour but d'évaluer la nécessité d'un règlement en vertu de la Loi sur les dispositifs émettant des radiations pour le matériel et l'équipement bruyants utilisés à l'extérieur. En outre, ces recherches menées par Santé Canada servent à informer le public et, au besoin, à recommander des mesures de protection.

La Loi sur les produits dangereux interdit la vente de jouets émettant un son supérieur à 100 décibels (dBA), le niveau sonore étant mesuré à la distance à laquelle l'enfant tient « normalement » le jouet de son oreille.

Commission de la sécurité professionnelle et de l'assurance contre les accidents du travail (CSPAAT) Parmi tous les risques professionnels, le bruit est la principale cause de réclamation en raison d'invalidité permanente traitée par la Commission des accidents du travail de l'Ontario. Selon la CSPAAT, la perte auditive causée par une exposition à des niveaux sonores élevés sur le lieu de travail a occasionné des frais d'indemnisation estimés à 100 millions de dollars entre 1995 et 2004.

Loi sur l'hygiène et la sécurité au travail R.R.O. 1990 Règlements 851 et 855 : En janvier 2007, le ministère du Travail de l'Ontario a introduit des dispositions plus strictes en matière d'exposition au bruit sur le lieu de travail. Le gouvernement a notamment divisé par deux le temps d'exposition au bruit autorisé pour les travailleurs.

Loi sur la protection de l'environnement (LPE) de l'Ontario - Limites en matière de bruit : Le ministère de l'Environnement est tenu d'éviter tout bruit excessif en Ontario. Le niveau sonore des bruits provenant de l'activité humaine en Ontario est régi par des dispositions visées dans la Loi sur la protection de l'environnement (LPE) de l'Ontario. La LPE indique que le bruit est un contaminant et qu'il peut avoir des conséquences préjudiciables comme : la perte de jouissance de l'usage normal d'un bien; la dégradation de la qualité de l'environnement naturel; la nuisance ou les malaises sensibles causés à quiconque et l'altération de la santé de tout individu.

Règlements municipaux sur le bruit : Nombre de municipalités en Ontario disposent de règlements municipaux sur le bruit. C'est notamment le cas de la ville de Toronto avec le Règlement n° 111-2003 qui stipule ce qui suit : « Attendu qu'il en va de l'intérêt public de réduire le niveau de bruit dans la ville, de manière à préserver, protéger et favoriser la santé publique, la sécurité, le bien-être et la quiétude des habitants de la Ville et attendu que la production, la création ou l'émission permanente de bruits excessifs et déraisonnables au sein de la Ville affecte les habitants et a des conséquences défavorables sur la santé publique, le confort, la sécurité, le bien être et la prospérité des habitants de la Ville ».

L'Association canadienne des orthophonistes et audiologistes – Coalition préoccupée par les salles de classe : La coalition œuvre pour la protection des environnements d'apprentissage pour des millions d'enfants canadiens, encourage les gouvernements provinciaux et territoriaux à développer des normes pour la construction de salles de classe et informe le public quant à la prévention des bruits en milieu scolaire pour un environnement d'apprentissage optimal.

Foire aux questions

Quel est le niveau de bruit considéré comme dangereux?

En général, les experts s'entendent pour dire qu'une exposition au-delà de 85 dBA sur une durée de huit heures par jour pendant un certain nombre d'années finit par causer une perte auditive. Plus le son est fort, plus la perte auditive est rapide. Ainsi, dans un environnement très bruyant, même des expositions plus faibles, pendant un nombre d'années moins important, causeront une perte auditive notable.

Comment puis-je protéger mon ouïe?

La meilleure protection est d'éviter toute exposition à des sons forts. Faites attention à l'environnement sonore; baissez le volume de vos systèmes audio personnels et limitez les loisirs, les activités et les sports bruyants. Le port de protections auditives telles que les bouchons d'oreille et les serre-têtes, est fortement recommandé dans des environnements bruyants ou en cas d'utilisation d'équipements bruyants.

Pour de plus amples renseignements, prière de contacter l'agent d'information de la Société canadienne de l'ouïe.
Téléphone : 1-877-347-3427, ATS : 1-877-347-3429 Courriel
info@chs.ca

Back to Top